Publié par Laisser un commentaire

Une de mes découvertes pour vivre de sa passion

s'émerveiller en affaires

S’émerveiller comme un enfant… en affaires ?!

Parce que bâtir une entreprise est un processus en perpétuelle évolution, plus on chemine, plus on découvre et on se découvre. On prend de l’expérience, on vit des expériences qui nous enlignent vers de meilleurs résultats: on apprend, quoi! On prend pour acquises certaines choses et on en oublie d’autres jusqu’au jour où tout se connecte tellement clairement. Alors on est sur son X, comme on dit.

Ma question, pour toi : est-ce que tu accueilles ce cheminement, cette perpétuelle évolution au jour le jour, au fur et à mesure que tu bâtis ton entreprise ? Autrement dit, es-tu ouvert et t’émerveilles-tu suffisamment ?

Je te raconte une histoire, une d’émerveillement.
Une qui m’a secouée.

Pour mieux la comprendre, je dois d’abord t’expliquer la place de l’émerveillement dans ma propre vie. C’est un état de reconnaissance, d’admiration, de contemplation, d’instant présent et de beauté. C’est ce que je ressentais chaque fois que j’étais en présence de mes enfants malades (je n’en dirai pas plus, ce n’est pas le but). Après le décès de ma fille, je n’avais qu’une envie : émerveiller les gens, les rassembler et donner un sens à la vie.

Aujourd’hui, je sais que nos produits et services ne sont que le véhicule de notre mission en tant qu’entrepreneurs. À l’époque, je ne savais pas trop quelle était ma véritable mission et j’avais choisi d’émerveiller les gens avec des tables de fêtes et des décors d’évènements époustouflants. Quand j’ai cessé cette activité, j’avais le cœur en mille morceaux : j’arrêtais d’émerveiller. Retourner dans l’univers du marketing m’apparaissait super, mais tout sauf de donner l’effet d’un spectacle du Cirque du Soleil…

Jusqu’à tout récemment.

Je reviens sur le fait que bâtir son entreprise est une évolution constante et qu’on met souvent de côté des choses qui peuvent revenir de façon inattendue et, soudain, faire tellement de sens. C’est ce qui est arrivé avec mon « émerveillement ». En 2016, ce n’était pas dans mes mots clés ou une des caractéristiques de mon client cible. Mais voilà, c’est arrivé, comme un coup de fouet! Ça m’a littéralement secouée, positivement.

Suite à une conversation avec une de mes clientes, j’ai réalisé que mes clients idéaux, autant ceux pour qui j’élabore des stratégies et du marketing créatif, que ceux que je coach, avaient ce petit quelque chose d’étonnant pour des « gens en affaires ». Ils sont comme des enfants dans un magasin de bonbons face aux stratégies proposées, aux résultats obtenus et à leur entreprise en général. Quand on discute, ils sont comme des amis. C’est pour ça que j’ai inventé le mot « clienamis ».

Ça se manifeste en « Wow! J’aime ça maintenant faire du marketing! », « J’ai tellement connecté avec mes clients, c’est fou! » ou encore « Oh yes! », « Malade! », « J’capote, j’ai 50 inscriptions! ». Aussi, dans l’élan d’affection envers moi ou mon équipe. Des textos de remerciements avec des cœurs et des bisous, des courriels de « Alléluia, je t’ai trouvée! » ou « T’es hot! », c’est courant.

Au début, j’étais extrêmement mal à l’aise!! J’ai un dégoût pour la vantardise et aucun talent pour accepter les compliments : dans ma tête, je fais juste ma job! Mais, quand j’ai compris que mes clients s’émerveillaient, c’est là que j’ai réalisé que je ne suis pas obligée de le prendre personnel. C’est hot, c’est capoté, c’est malade parce qu’ils voient se concrétiser leurs projets ou augmenter leurs résultats financiers ou autres. Pis mets-en que c’est hot, je suis la première à avoir des frissons quand je leur parle de leur impact.

Ils sont reconnaissants, admiratifs, ils contemplent, apprécient l’instant présent et la beauté de ce qu’ils sèment, avec mon aide, autour d’eux, dans leur communauté. Et c’est parce qu’à la base, ils sont en affaires par vocation, par passion.

Pour mon histoire, j’ai finalement réalisé que je travaille toujours à émerveiller les gens, en plus de les connecter entre eux même si ce n’est plus le même véhicule. La boucle s’est, en quelque sorte, bouclée.

Mais attention, j’ai aussi remarqué que ceux qui s’émerveillent sont mes clients qui ont le plus de succès. Ils ont plus confiance en eux (ou en voie de hihi) et en la vie.

D’où mes questions :

Es-tu ouvert d’esprit face à toi-même et aux autres ?

T’émerveilles-tu suffisamment ?

Mon métier, c’est d’émerveiller les gens et de les connecter entre eux. Je le fais en aidant des entrepreneurs à trouver les liens les plus directs et naturels avec leurs propres clients, tout en restant dans leur vocation, leur créativité, leur passion.

Toi, c’est quoi ton métier ?

Écris-moi en commentaire pour poursuivre la discussion ou sur mes réseaux sociaux.

À bientôt!
Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *