Publié par Laisser un commentaire

Résultats marketing web: à quoi m’attendre?

Il ne se passe pas une semaine sans qu’une entrepreneure me parle de ses déceptions. Pas assez de likes, pas assez de fans, pas assez d’ouvertures de courriel, pas assez de ventes. Mais le plus ironique, c’est que, la majorité du temps, la personne a en fait d’excellents résultats! Sauf que ses attentes étaient tout à fait irréalistes, par manque de connaissances.

Par exemple, si tu t’attends à ce que 85% de ta liste courriel ouvre tes infolettres et que tu as un taux d’ouverture de 43%, tu vas être extrêmement déçue, non? Mais si je te dis qu’un excellent taux d’ouverture oscille entre 23 et 31%, c’est complètement une autre histoire, tu scores solide! Bravo, tu peux être fière de toi.

C’est donc pour réajuster tes attentes à la réalité que j’ai décidé d’écrire cet article avec plusieurs statistiques et données du marketing web, et selon mes expériences. J’ai choisi les plus fréquentes fausses attentes, mais je t’invite à faire des recherches pour compléter l’information en fonction de ta réalité.

Bâtir une communauté, ça prend combien de temps?

C’est extrêmement difficile de répondre parce que ça dépend de ta ligne directrice, de toi et ton charisme et leadership, du contenu publié, du niveau divertissant et/ou éducatif de ton contenu, de la qualité de tes fans et du timing.

Mais, de façon générale, ça prend entre 6 et 12 mois pour bâtir une communauté avec un bon engagement en publiant chaque jour sans exception, avec constance et avec une stratégie de communication.

Donc, ne viens pas me dire que tu n’as pas de résultats au bout de deux mois: je te renvoie sur le ring. L’important, c’est que tu vois une progression de semaine en semaine, ne serait-ce qu’un ou deux nouveaux fans.

Tu peux aller plus vite, dans une certaine mesure, en investissant environ 500 à 1000$ en publicité mensuellement et en embauchant une firme de relations publiques (calcule entre 3000 et 4000$ pour une campagne). Je dis «dans une certaine mesure», car cela demande tout de même du temps, bâtir une relation de confiance et que les gens t’apprivoisent.

Qu’est-ce qu’un bon taux d’engagement sur les réseaux sociaux?

Selon l’ACM, un bon taux d’engagement se situe autour de 5% pour Facebook et entre 1 et 3% pour Instagram. Donc, moins de 5 personnes sur 100 fans qui posent une action en lien avec une publication.

La portée organique moyenne d’une publication Facebook équivaut à 6,4% des mentions J’aime de la page.

Voilà pour la théorie.

Mais, en pratique, voici mon son de cloche:

Ne t’attends pas à faire une publication Facebook sur une page de 2000 fans et à avoir 500 likes… 3% de tes fans voient ta publication et très peu vont liker/partager/commenter. Dans mon exemple, 60 personnes verront ton post. À moins d’avoir un sujet extrêmement polarisant, entre 10 et 15 de ces 60 personnes réagiront. Fais le calcul si tu as juste 800 fans…

Ceci dit, il y a une foule de moyens d’augmenter ce taux d’engagement.

Est-ce que tu likes/partages/commentes TOUT ce que tu vois sur les réseaux sociaux? Non, loin de là. C’est la même chose pour tes fans. Analyse déjà ton propre comportement sur les réseaux sociaux et tu auras des pistes de ce qui fait réagir ou non les gens.

Tu devrais suivre mensuellement tes propres statistiques sur tes réseaux sociaux, parce que chaque entreprise est différente. Voici d’ailleurs celles à surveiller sur ta page Facebook.

À quoi m’attendre avec mon infolettre?

Le taux d’ouverture moyen d’une infolettre est de 22,8% et le taux de clic moyen est de 3,5% à travers le monde (source: Sendinblue).

C’est normal de perdre jusqu’à 3% d’abonnés chaque fois que tu envoies une infolettre, et peu de gens répondent aux courriels. Mais, encore là, ça dépend de ton secteur et de ta vibe.

Tu peux trouver des statistiques intéressantes sur le secteur du marketing par courriel ici.

Statistiques de tunnels de vente

En moyenne, 20% des gens qui vont visiter ta landing page (page de capture) vont s’inscrire à ton lead magnet (cadeau gratuit ou promesse de contenu). De ces 20%, seulement 6% vont acheter à la fin du tunnel. Donc 1000 visiteurs de la landing page (via une publicité Facebook par exemple) = 200 inscrits = 12 ventes. Ceci si ton tunnel est bien créé, évidemment. Ici je parle plus de tunnel de services; voir la section sur le taux de conversion pour le e-commerce.

Et la publicité Facebook?

Le taux de conversion moyen de la publicité Facebook est de 9,21%.

Ce qui veut dire que, pour avoir mes 1000 vues de ma landing page dans mon exemple précédent, il me faudra 10 860 impressions de ma publicité Facebook pour avoir 12 ventes au final.

Qu’est-ce qu’un bon taux de conversion en e-commerce?

C’est une question qui doit être extrêmement nuancée en fonction du secteur d’activité, des stratégies de communication et de marketing ainsi que de plusieurs autres facteurs comme la nature des produits et la source du trafic.

Fait intéressant, même en 2019 (selon Inves), la navigation sur ordinateur par le prospect augmente les chances de conversion versus le mobile.

En e-commerce, on dit qu’un bon taux de conversion est de 3%. Sur un tunnel de vente ou un site transactionnel, la réalité tourne plutôt autour de 1%. Il faut donc que 100 personnes visitent la page web ou se rendent au bout du tunnel: moins de 30% des inscrits le font. Ça te prend donc 300 personnes qui s’inscrivent dans ton tunnel pour avoir 1 à 3 ventes.

Selon IRP Commerce, le secteur du bébé a un taux moyen de conversion de 0,84% et celui des arts et loisirs créatifs, de 3,84% (toujours en e-commerce).

Les trois moyens augmentant le plus le taux de conversion sont la vente directe, le marketing par courriel (plus de chances d’y vendre que directement sur ta boutique en ligne) et le contenu organique.

Pour ma part, mes appels découverte ont un taux de conversion de 70% et mes défis ou webinaires gratuits, un taux moyen de 12%. C’est dire à quel point cela est variable et tributaire aux stratégies.

En terminant sur les taux de conversion, 2 internautes sur 3 qui mettent vos produits au panier n’iront pas au bout de la transaction. Il y a plusieurs facteurs expliquant cela, tels que les frais et délais de livraison. À toi de faire le maximum pour réduire cette statistique.

Les lancements

Beaucoup d’entrepreneurs se lèvent un matin en disant «je lance un nouveau produit aujourd’hui». C’est une erreur fatale au niveau des ventes. Un lancement se prépare au minimum deux mois à l’avance avec des stratégies pour réchauffer l’audience et la convertir le jour du lancement, mais aussi dans les jours et semaines suivants.

Un bon lancement aura un taux de conversion oscillant entre 15 et 25%. Un lancement spectaculaire aura un taux de conversion allant jusqu’à 45%. N’oublie pas que tu dois investir en amont pour obtenir ce genre de résultats. Faire trois publications Facebook n’est pas une stratégie de lancement.

Les influenceurs

Il est révolu, le temps où on envoyait nos produits à une star d’internet pour qu’elle en parle et en fasse la promotion. Très peu le font encore et généralement ce sont ceux qui débutent et qui n’ont pas d’audience.

Pour avoir un article commandité, un concours, un unboxing et/ou autres publications sur les réseaux sociaux de l’influenceur, tu dois t’attendre à débourser entre 400 et 1000$. C’est un investissement au même titre qu’une publicité Facebook, mais c’est une stratégie qui peut rapporter gros si tu cibles bien ton ou tes influenceurs.

J’ajoute dans cette section une parenthèse sur les partenariats. Lorsque tu es invitée sur un podcast, à faire une entrevue en Facebook Live ou à écrire un article comme invitée sur un blogue, c’est généralement une action que tu fais bénévolement dans le but d’augmenter ta visibilité et ta crédibilité. La personne qui t’invite retire un bénéfice énorme de ta contribution: avoir gratuitement du contenu pour sa propre communauté. Tu ne devrais pas payer pour participer à un podcast, un live ou un blogue (même si c’est possible dans certains cas, c’est à évaluer avec bon jugement, mais sois prudente pour ne pas perdre ton argent).

Autres informations en vrac

⇒ Le blogue est, toujours en 2020, la stratégie la plus rentable pour les entreprises. Payer pour que ton produit soit en vedette sur un blogue bien ciblé te rapportera plus que d’apparaître dans n’importe quel magazine (ou presque).

⇒ Les entreprises que tu vois décoller hyper rapidement sur Facebook investissent la totalité de leurs rentrées d’argent en publicité et marketing sur une période de 12 mois avec une stratégie bien ficelée. Es-tu prête à faire ce sacrifice?

⇒ Les contacts et le bouche-à-oreille sont et seront toujours les stratégies les plus puissantes. Donc, développe ton réseau, fais des partenariats et sois aux petits soins avec ta communauté et tes clients.

⇒ La seule chose qui puisse assurer la prospérité de ton entreprise à long terme et qui t’apportera un retour sur investissement plus grand que la publicité et le email marketing est la constance. Disperse-toi dans moins de stratégies et utilise-les avec pertinence et constance.

⇒ Si tu as besoin d’apprendre à bâtir ta communauté et à élaborer des stratégies pour vivre de ta passion, je te suggère de faire un essai avec Fondations.

⇒ Parler avec ton coeur, mettre l’humain au coeur de toutes tes actions et être inspirante pour ta communauté sont tes plus grands atouts.

 

Mon intention c’est que cet article de permette de voir que tu es “meilleure” que tu ne le pensais.

Mais, si cet article te donne le vertige, tu as trois choix:

  • Déléguer l’ensemble de ton marketing (entre 1000 et 5000$ par mois) – mais il n’y aura jamais personne de mieux placée que toi pour connecter avec ta communauté;
  • Te retrousser les manches et apprendre pas à pas ;
  • Être salariée et ne pas avoir à trouver de clients, puis conserver ta passion comme hobby.

Voilà! J’espère que maintenant tu es plus en mesure d’évaluer si tes résultats sont réellement médiocres ou si, au contraire, tu es sur la bonne voie. Tout est une question de perception et d’avoir les bonnes informations.

Laisse-moi savoir sur mes réseaux sociaux si mon article t’a aidée,

Steph

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *